Interview Heavenly Creatures

Heavenly Creatures a été créé par Dr. Ohm en 2004.
Il combine plusieurs styles allant de la musique gothique, darkwave, ambiant, folk, néo-classique, industrielle et électronique.
Sa musique se montre davantage instrumentale, mais plusieurs collaborations ont déjà été faites avec des artistes et chanteurs comme Andra Dare ou Dae Noctem (from Era Nocturna)…
L’ambiance se vaut poétique, empreinte de romantisme sombre, de mystère et représentative d’archétypes célèbres du monde de l’épouvante.
Nous avons avec Heavenly Creatures notre Nox Arcana français.

Tout d’abord pourrais-tu nous dire à quel public s’adresse la musique d’Heavenly Creatures ?

Je ne mets aucune barrière à ma musique, je pense qu'elle peut s'adresser à tout le monde ; je ne vois aucune contre-indication particulière pour qui que ce soit (rires).

Néanmoins, votre question sous-entend un problème réel : il y a effectivement une sorte de « barrière » chez toute une catégorie d'auditeurs, qui seront probablement malheureux qu'il n'y ait pas (ou peu) de chant dans mes compositions, que le chorus ne démarre pas vers 50 secondes et que certains morceaux dépassent les 3 minutes réglementaires…
C'est une triste conséquence du formatage des médias qui ont développé chez toute une catégorie du public une sorte de réflexe « pavlovien » quant à l'appréhension de la musique pour des motifs bassement commerciaux, ce qui est fort triste.

Or on ne peut prendre aucun plaisir réel à la musique (ni à plus forte raison à l'art en général) si l'on ne se donne pas la peine d'écouter, d'être curieux, de sortir des entiers battus, et de s'imprégner pleinement de l'émotion qu'une œuvre dégage.

 

J’ai vu que tu es né en Allemagne, as-tu eu le temps de t’imprégner de la culture musicale allemande là-bas avant de venir vivre en France ?

Pas vraiment, puisque quand mes parents sont partis d'Allemagne pour la France (ils venaient de Tchécoslovaquie, dont ils avaient fui le régime en 1968), j'avais seulement six mois.
En revanche, il faut dire que la culture tchèque a beaucoup de similitudes avec la culture allemande, donc j'ai été évidemment influencé de par mes racines, c'est indéniable.

De plus ma mère étant musicienne, j'ai baigné très tôt dans l'univers classique, entre Bach, Mozart, Beethoven, Dvorak, Janacek, Smetana, Wagner, etc.

Le fait est que quand je voyage en Allemagne, il y a quelque chose dans ce pays qui m'est profondément familier.
C'est assez drôle comme impression !

Composes-tu des chansons en ce moment et/ou penses-tu à ressortir un album prochainement ?

J'ai accumulé pas mal de maquettes depuis 4/5 ans (de quoi faire plus de deux albums, en fait !)
Mais je dois dire que je prends mon temps quant à la sortie de nouveaux opus, car outre les questions purement « artistiques », sortir un nouvel album représente beaucoup de temps et de travail, et que pour un musicien indépendant comme moi, le retour sur investissement se fait, hélas, essentiellement à perte.
Il faut obligatoirement avoir un « vrai » travail à côté.
Vivre de son art comme artiste indépendant est plus que jamais devenu une vue de l'esprit.
Seuls quelques privilégiés (et/ou chanceux) y parviennent.

Toutefois je vous rassure, un nouvel album est effectivement en préparation.
Comme je travaille également sur le prochain album d'Era Nocturna, il y aura des collaborations de Dae Noctem sur certains titres.
Nous avions déjà pris beaucoup de plaisir à travailler ensemble il y a de cela quelques années (notamment sur l'album New Blood – Parts I & II de Heavenly Creatures, ainsi que l'album Lackluster d'Era Nocturna, dont j'ai assuré le mixage ainsi que le mastering).


 

Si Heavenly Creatures pouvait être la bande-son d’un ou plusieurs films d’épouvante lesquels choisirais-tu ?

« Épouvante », pas forcément, encore que j'adorerais effectivement faire un score de film d'horreur ; une musique qui vous glace le sang, un peu comme celle composée par Jerry Goldsmith pour " la malédiction".
Mais mon style est en général plus onirique, atmosphérique et mélancolique qu'effrayant.
Cela colle en tout cas parfaitement avec le genre « fantastique », dont le film de vampire était par ailleurs une grande inspiration pour l'album New Blood Parts I & II. J'aurais bien aimé faire la B.O. D'un film comme Nosferatu, fantôme de la nuit, de Werner Herzog, par exemple.

Quels compositeurs et groupes t’influencent dans ta musique ?

Étant assez éclectique dans mes goûts, ça fait pas mal de monde !
Des incontournables du classique (Bach, Mozart, Beethoven, Wagner, Grieg, Debussy, Ravel, Tchaïkovsky…) en passant évidemment par tout ce qui est le Pop/Rock/Goth de ma génération (David Bowie, Peter Gabriel, The Cure, Sisters Of Mercy, Arcana, Peter Bjärgo, Dead Can Dance, Cocteau Twins… ) mais aussi toute l'école électronique (Vangelis, Klaus Schulze, Tangerine Dream, Kraftwerk, Jean-Michel Jarre, Laurie Anderson) et bien sûr la musique de film (Jerry Goldsmith, Bernard Herrmann, Dominic Frontiere, John Carpenter, John Williams, Danny Elfman, James Bernard… )

J'en oublie sûrement !

 

Tu composes des ambiances qui a elles seules sonnent comme un véritable récit à chaque mélodie que tu fais. Quelle est ta façon de t’imprégner d’un nouveau thème à chaque nouvelle composition que tu réalises ?

J'ai envie de dire que cela vient comme ça, sans réfléchir.
Une image, un son, un instrument va m'inspirer une ambiance, une mélodie, une histoire et je vais m'efforcer de la saisir au vol.
C'est la grande magie et le mystère de la composition, on ne sait jamais ce qui va ressortir de ce processus !
Je me sens comme un peintre qui ressent certaines couleurs et qui tente de les mettre sur la toile.
Je crois bien que c'est Erik Satie qui disait « j'écris de la musique pour les yeux ».
Je suis un peu dans la même démarche…

Après, il y a aussi ce que l'on appelle les « musiques de commande » (notamment pour l'illustration sonore).
Là, le thème étant imposé, il faut tenter de visualiser la musique, trouver une mélodie, un leitmotiv…
C'est processus de création moins spontané, mais il y a toujours la place pour des découvertes.
De toute façon, une bonne musique est toujours celle où l'on laisse quelque chose de soi.
Certains appellent cela une catharsis, pour moi c'est quelque chose d'assez naturel.

Si tu devais nommer 5 œuvres magnifiques pour toi dans ce monde, lesquelles seraient-elles ?

Pour rester dans la musique, je dirais :

  • Richard Wagner, prélude de Lohengrin : une des plus belles musiques jamais composées.

  • Klaus Schulze, Heinrich Von Kleist (Album « X ») : un chef-d’œuvre de la musique planante électronique, où se mêlent des phrasés de violoncelle et de chœurs éthérés dans une atmosphère de château hanté mélancolique. Une œuvre d'une rare profondeur pour un artiste contemporain.

  • Wolfgang Amadeus Mozart, Requiem. Tout a été déjà dit sur ce chef-d'œuvre, je n'ai rien d'autre à rajouter.

  • Thomas Tallis, Spem In Alium (Motet à 40 voix) : magnifique, profond, bouleversant.

  • Edvard Grieg, Peer Gynt Suite, Aase's Death : beau et triste à la fois, magnifique tout simplement.

     

Pourquoi avoir choisi des visuels de statues funéraires pour chacun de tes albums ?

C'est venu un peu par hasard.
Je passais déjà pas mal de temps au Père-Lachaise à faire des photos de statues, car j'aime beaucoup l'art funéraire.
J'aime la beauté et le mystère que les statues véhiculent.
Petit à petit, et vu la musique que je composais, cette idée est devenue un peu comme une évidence, une marque de fabrique visuelle qui me plait bien.
Là où un groupe comme Kraftwerk aimait à mettre ses « robots » en avant, j'aime bien mettre des statues funéraires sur mes pochettes d'album.

 

J’ai l’impression parfois de ressentir une alchimie entre l’univers de Jacques Sirgent (directeur du musée des vampires de Paris) et ta musique, penses-tu que vos deux univers sont complémentaires et liés d’une certaine façon ?

Il y a certainement de ça, ne serait-ce que par l'inspiration de certaines musiques par rapport au thème du vampire.
Peut-être aussi une certaine idée commune du romantisme noir, qui sait ?
Après j'ai aussi d'autres compositions qui s'écartent de ce concept…
Mais c'est vrai que Jacques est un ami proche, un vieux complice, cela ne m'étonne pas qu'au fond on puisse trouver beaucoup de ressemblances. 

La scène te manque-t-elle un peu ? Prévois-tu d’y revenir ?

J'aimerais beaucoup refaire de la scène.
J'ai fait quelques petits concerts en toute simplicité il y a 7/8 ans où j'avais deux musiciens avec moi (un violoniste et une harpiste celtique).
Je réfléchis à un concept, mélangeant images projetées, lumières, accompagnées d'une chanteuse / instrumentiste.
Dae Noctem m'a demandé si cela m'intéressait de faire des concerts avec Era Nocturna comme clavier, et j'aime beaucoup l'idée.
Réciproquement, il n'est pas exclu que l'on fasse quelques concerts ensemble en tant que Heavenly Creatures.
L'idée fait son chemin en tout cas.

Où pouvons-nous suivre ton actualité musicale ?