Interview julien Martinez

Julien Martinez est un créateur français de poupées aux traits atypiques hautement expressifs. 

 Ce créateur, conjuguant l’insolite à la finesse des traits des poupées anciennes au look victorien, transmet une palette d’émotions surprenantes à travers l’histoire sombre de chacune.

Chaque poupée et décor unique vous raconteront leur histoire et leurs mésaventures parfois pleines de tragédie.

Ses poupées, prenant des allures décalées voire carrément fantastiques ont des apparences non conformes à la beauté drastique.  D'autres au doux ton rêveur cachent leurs petits secrets pour le moins étonnants dans leurs détails très riches. Rien n’échappe à l’œil de l’artiste pour mettre en scène ses magnifiques créations.  

 

Ses œuvres sont pour des collectionneurs internationaux interpellés par l’étrange, préférant les poupées au tempérament affirmé qui ne taisent pas leur singularité mais l’expriment haut et fort.

Vous avez commencé à présenter vos poupées au salon international « Paris Création » en 1996, depuis ce jour comment vous sentez vous face à cette grande expérience acquise aujourd’hui ?

Je me sens très bien et bien plus épanoui et je suis assez satisfait de vivre de mon art comme bon me semble et avoir toujours de nouveaux projets.

 

Après tant de chemin parcouru, où puisez-vous sans cesse de nouvelles inspirations, comment naissent vos idées ?

Heureusement pour moi je ne manque pas d'imagination.

Je suis aussi très observateur et tenace et je ne vis pas dans une bulle.

Je voyage, je sors et je me tiens au courant de tout et n'importe quoi.

Internet et les réseaux sociaux me sont aussi d'une aide précieuse.

Le point de départ de mes créations est vraiment multiple.

C'est souvent peu de choses ou un détail qui va déclencher mon processus de création.

Pour se faire j'ai appris à me réveiller la nuit quand j'ai une idée, je prends des notes et je me documente beaucoup.

 

Vos créations regorgent de détails en plus d’être toutes des pièces uniques, combien de temps passez-vous à la création de chaque poupée ?

Le temps que je passe sur une pièce est très variable : cela va d'une semaine à un ou deux mois et quand je travaille les structures miniatures c'est plus d'un an.

En ce moment je travaille sur une grande maison au 1/12° qui a été commencée l'été dernier et je pense la finir début septembre de cette année.

On ressent une inspiration très burtonienne dans vos créations bien que certains modèles s’en détachent préférant un esthétisme plus doux et lumineux, avez-vous une préférence entre ses deux univers ?

Mon inspiration est comme vous dites, assez burtonienne mais pas seulement, je suis un grand amateur de dessins d'Edouard Gorey, Samuel Charles Addams qui a créé la famille Addams, mais aussi Mark Ryden, Marion Peck et bien d'autres... Ce sont ces artistes qui m'inspirent la plupart du temps.

 

Comment trouvez-vous l’inspiration pour le nom de chacune de vos poupées ?

En fait, je le trouve pendant la période de recherche ou bien une fois que la pièce est finie.

 

Y a-t-il des modèles auxquels vous êtes attaché, préférant ne pas vouloir les vendre ?

Oui c'est arrivé et ça m'arrive encore mais je préfère vendre.

C'est une sorte de dynamique qui m'empêche de ronronner et de tourner en rond.

 

Quels artistes admirez-vous le plus dans l’art en général et qui vous ont permis d’avoir des déclics dans l’avancement de vos créations ?

Le tout premier c'est Jim Henson qui a créé entre autres le Muppet Show et son chef d'oeuvre le Dark Crystal. Ce film m'a permis d'exister et devenir l'artiste que je suis. Mais aussi le sculpteur Ron Mueck qui crée des volumes plus vrais que nature. Et bien entendu Tim Burton dans la plupart de ses films.

 

Mettez-vous de la musique ou autre chose pendant la création d’une nouvelle poupée, comment travaillez-vous ?

Oui j'écoute pas mal de musique et vraiment de tous les styles : classique, opéra, de la variété, un peu de métal, des musiques de films...

Proposez-vous des objets dérivés de vos poupées ou de votre art en général en vente, et si oui, ou pourrions-nous les trouver ?

Oui je fais de temps en temps des catalogues et il existe aussi un roman, sur mes poupées.

C'est de l'auto publication, donc j'en fais imprimer qu'un nombre limité.

La plupart se trouve sur Blurb.

On en trouve encore un peu sur ma boutique Etsy :   julienmartinezshop

Début septembre si tout va bien je sortirai un nouveau livre sur ma maison de poupée.

Le titre provisoire est : 

"L'Enfer, chronique d'une maison miniature peu conventionnelle".

Mais rien n'est encore fini et je suis encore en train d'écrire les textes.

Vous serez présent pour des expositions de vos créations sur trois salons différents à Paris prochainement, combien de modèles y exposez-vous en général ? Y a-t-il aussi des décors proposés à la vente ?

En effet le premier c'est le Simp, pour la miniature qui aura lieu fin juin sur Paris, le second, Les gueules de miel sur le monde des ours à Paris et le dernier de l'année, Paris-création qui aura lieu aussi sur Paris fin novembre. Les dates et lieux sont affichés sur mon site.

Pour ce qui est du nombre de pièces à la vente, je ne le sais jamais à l'avance. Je crée mes poupées au fur et à mesure. Les structures ne sont jamais exposées sur les salons. Pour vous donner un exemple ma maison, L'Enfer, va peser dans les 70/80 kg.

 

Quelle a été la commande personnalisée que vous avez eu le plus de plaisir à réaliser ? 

Toute et aucune. Très égoïstement quand je travaille pour une commande je fais comme si c'était pour moi et j'essaye toujours de traiter chacune d'elle comme un nouveau challenge en faisant de mon mieux. Et j'ajouterai on peut et on doit toujours mieux faire.