Anamnesis Syndrome, Interview d'une créatrice

Anamnesis syndrome est une créatrice de bijoux et d’accessoires artisanaux d’influence Steampunk, victorienne, gothique et macabre.
Habitant actuellement au Québec, elle a créé une boutique à l’image de ses propres envies de bijoux qu’elle ne pouvait trouver ailleurs.
Sa boutique est un vrai cabinet de curiosités transposé en bijoux qui comblera les esprits les plus excentriques et sombres. 

D’où vient le nom particulier et original d’Anamnesis syndrome ?

Je cherchais un mot en rapport avec le passé, le souvenir, la mémoire…  Car au tout début, je faisais du bijou steampunk d’inspiration victorienne, même si depuis j’ai élargi mon champ.
Après recherches, je me suis arrêtée sur le terme d’anamnèse que j’ai « internationalisé » en Anamnesis.
Il me semble qu’à l’époque la marque était déjà prise (pour toute autre chose que des bijoux), d’où l’ajout du syndrome.

 

Qui se cache derrière cette boutique ?

Il s’y cache une femme d’origine française qui vit au Québec depuis 2012.
J’utilise souvent le pseudo « Vérope » pour Internet, qui est la contraction de mon prénom et de mon nom.
 C’est pour cela que des fois on verra mon nom de boutique complet « Verope’s Anamnesis Syndrome ».
En matière de créations de bijoux, je suis complètement autodidacte : mes études initiales étaient plutôt tournées vers l’apprentissage de la langue japonaise !
J’ai par la suite, outre les petits boulots alimentaires, travaillé dans le domaine du cinéma d’animation, notamment sur l’habillage de l’émission « ça cartoon » sur Canal+.
En parallèle de mes créations de bijoux, je suis infographiste à mon compte, spécialisée dans le lettrage des mangas édités en français…
Bref, je reste pas mal dans le visuel !



Quelles sont les différentes étapes de création de tes bijoux et accessoires ?

Quand j’ai commencé les bijoux et accessoires, je dessinais un croquis pour savoir comment j’allais agencer telles pièces.
Au final, je ne respectais jamais à 100% l’idée initiale, alors j’ai arrêté les croquis poussés !
Si je ne veux pas perdre une idée, je la gribouille, sinon maintenant c’est directement du cerveau à la réalisation, sans passer par le papier.
Parfois, dans le doute, je photographie les différents éléments et je fais le montage sur Photoshop, pour avoir une idée du rendu final, en particulier pour les commandes personnalisées.
Je fonctionne toujours avec ce que j’ai en stock comme matière première.
Mais quand j’ai une collection bien précise en tête (comme en ce moment, mais chut…), ça m’arrive de devoir passer des commandes d’apprêts que je n’ai pas, quitte à m’y mettre des semaines plus tard.
Malheureusement au Québec, il n’y a pas ce système de brocante / vide-grenier qui regroupe plusieurs vendeurs en une seule place, alors pour chiner du vieux bijou, de l’ancienne dentelle, c’est un peu plus compliqué...

Quelle création a été ton best-seller et en as-tu une favorite à titre personnel ?

Mon best-seller, c’est la bague « trident », c’est-à-dire avec trois molaires humaines regroupées (il s’agit de répliques !).
Je l’aime beaucoup, mais ne peux pas la porter, car mes doigts sont trop fins et je n’ai pas cette base de bague en taille enfant (qui est ma taille de doigts, misère…)
J’aime bien les bijoux à base de dents, qui me rappellent les bijoux de deuil victoriens, ou ceux avec des crânes d’animaux (parfois des vrais, parfois des répliques) ; mais difficile pour moi de devoir choisir une création favorite bien précise !
 J’ai peut-être un petit faible pour mes grands colliers « Cerfs », avec branchages ornés de perles tchèques, et tête de cerf en étain.

 

T’imprègnes-tu d’une atmosphère particulière quand tu travailles sur tes créations ?

Alors pas spécialement…
Des fois je mets une musique de fond qui peut coller avec l’ambiance des bijoux sur lesquels je travaille, des fois c’est Netflix (haha), des fois c’est le silence complet.
C’est très reposant de travailler dans le silence total, même si en ville ce n’est jamais à 100% calme.

Qu’est-ce que tu préfères faire dans ton travail et ce qui est le plus difficile selon toi ?

Je crois que comme pas mal de créatrices, je vais répondre : la conception/réalisation !
 De voir ses idées prendre forme… et les voir portées par d’autres !
Ce que j’aime le moins, et qui m’est assez pénible, c’est tout ce qui est mise en ligne et marketing. J’ai vraiment du mal à animer ma page facebook, ou à m’occuper de ma page Pinterest.
Et j’ai l’impression que chaque mise en ligne sur mes web-boutiques est interminable… d’autant plus que j’essaie aussi de faire un descriptif en anglais, n’étant pas complètement bilingue j’y passe des heures !



Tu es très influencée par l’univers artistique horrifique et gore, quels films d’horreur ou épouvante conseillerais-tu aux lecteurs de « Venus in Black » et y a-t-il des films particuliers qui t’ont inspirée pour certaines créations ?

Oui, j’aime beaucoup les films d’horreur et fantastiques !
Le gore aussi, quand il est grand-guignolesque, comme pour Braindead, ou Evil Dead (je conseille fortement la série toute récente qui est encore plus barrée que les films).

 Concernant les films d’épouvante, j’ai une tendresse particulière pour la série des Freddy qui m’avait traumatisée quand j’étais gamine, hahaha.
J’aime le côté fantastique dans ce slasher, le fait de tuer dans les rêves c’est une idée géniale et effrayante à la fois…
Pour ce qui est des films plus récents, parce que les précédents datent un peu quand même…
je conseillerai « The Babadook » dont j’ai aimé la dimension psychologique, mais que je ne rangerais pas forcément dans la catégorie « film d’horreur » comme cela l’a été.
C’est plus un drame psychologique sous forme de film fantastico-effrayant.
En somme, un excellent film qui traite de l’acceptation du deuil.

Sinon, je conseillerai également l’inquiétant « It follows », les huis clos (ou presque) « Gerald ‘s game », « The Invitation » et « Green Room », le zombiesque « Train to Busan », le magnifique « The VVitch » ou encore l’excellent « Get Out ».
La liste serait encore longue !
Je n’ai quasiment cité aucun film au « jump scare » à outrance qui pullule de nos jours (les « paranormal activity », « Annabelle » et autres « Dossiers warren »), je sature complètement et c’est bien souvent insipide, car le seul but est de faire sursauter, il n’y a aucune substance autour, aucune épaisseur. Ou alors c’est générationnel et je suis trop vieille pour ça, hahaha !

J’ai effectivement créé quelques bijoux inspirés de films tels qu’« Evil Dead » (collier et bague Necronomicon), un pendentif « Critters », et un autre pendentif « They Live » de Carpenter (dont j’ai oublié le titre français).
 Je fais aussi pas mal de bijoux inspirés des zombies, par exemple avec des (faux) bouts de doigts coupés… 

Si tu devais choisir certaines musiques qui seraient en harmonie avec l’univers d’Anamnesis Syndrome, lesquelles seraient-ce ?

En ce moment, je suis en pleine écoute de Chelsea Wolfe, ça colle pas mal avec le mood actuel et ce que j’ai envie de créer.
Mais pour illustrer mes bijoux plus steampunk ou colorés, je partirai sur de l’électro swing (Parov Stelar, par exemple).
Je sais, ce n’est pas mal dichotomique comme choix, mais mes bijoux sont eux-mêmes divisés, d’un côté l’ombre, de l’autre la lumière. Même si je tends plus vers l’ombre.

 

Tu habites à Montréal, quelles bonnes adresses d’endroits alternatifs pourrais-tu donner aux lecteurs qui aimeraient visiter le Québec ?

Je trouve la scène alternative/underground moins riche qu’à Paris, cependant je ne saurais que trop conseiller les incontournables boutiques goths que sont Créatures, et Diabolik (en plus j’y dépose parfois des bijoux).
Je conseillerai aussi la friperie vintage Eva B, avec son côté squat artistique et joyeusement « bordélique », j’y ai même trouvé une robe goth en velours super classe (au rayon costume et déguisement, no comment).

Si vous êtes friand de taxidermie, et de mode pinup, alors vous ne serez pas déçus chez Kitsch'n Swell !
Et si vous voulez encore plus de taxidermie, de crânes, de bouteilles renfermant des spécimens divers, des antiquités bizarres, alors The Old Cavern Boutique est un incontournable !
 C’est là où parfois j’achète mes petits crânes.
C’est uniquement sur rendez-vous, car en appartement (un vrai bijou de cabinet de curiosité !), mais leur page Facebook est très fournie !
De ce que j’avais discuté avec la jeune gérante, elle utilise des animaux de provenances éthiques, c’est-à-dire qui n’ont pas été tués dans le but d’être naturalisés. 
On m’avait parlé du bar des Foufounes Electriques, mais j’ai été assez déçue…  

Y a-t-il d’autres artistes d’art visuel qui t’inspirent ou dont tu admires profondément le travail ?

Là de suite, je citerai Kris Kuksi !
J’ai pu voir certaines de ses sculptures exposées à la Halle St-Pierre à Paris, c’était vraiment magnifique et ça fourmille de détail.
J’aime aussi les animations bien weird des Frères Quay en stop motion, avec leurs poupées fantomatiques…
Ensuite, il y a aussi les courants artistiques, comme le Lowbrow Art (Chris Mars, Mark Ryden, Jessica Harrison, Michael Hussar, Benjamin Lacombe, Ray Caesar, etc).
Un peu plus classique, j’aime énormément le style Mucha, ou les bijoux Art nouveau de René Lalique.
Et puisque le tatouage est aussi un art visuel, j’admire les réalisations de Teresa Sharpe et Maud Dardeau.

Pour ce qui est de l’inspiration, ce n’est pas un ou une artiste en particulier qui m’inspire, mais tout ce qui a trait à l’esthétisme victorien, que ça soit le victorien gothique avec entre autres ses bijoux de deuil, ou le victorien uchronique pour le steampunk.  
En passant par les Vanités qui nous rappellent sans cesse « memento mori », ou encore l’occultisme.

Où peut-on suivre ton travail et acheter tes créations ?

On peut bien sûr me suivre sur les réseaux sociaux comme Facebook, qui est là où je poste toutes mes nouveautés : https://www.facebook.com/Anamnesis.Syndrome/

Instagram avec plutôt des photos de réalisations en cours, ou des photos de ma vie quotidienne : https://www.instagram.com/anamnesis.syndrome/

Et pour passer commande, ma boutique Etsy, qui est la plus mise à jour (j’ai d’autres e-boutiques un peu plus confidentielles, évitons de nous éparpiller) : https://anamnesissyndrome.etsy.com/

Je ne m’en occupe plus trop, mais si vous êtes curieux, j’ai un compte Pinterest : https://www.pinterest.com/Verope/

Il est bien entendu également possible de me contacter par messagerie Facebook pour toute commande ou demande de bijou personnalisé.