Live report Velvet acid Christ Gibus Paris 14/10/2017

Après plus de 20 ans sans avoir joué à Paris, ce fut au Gibus que Velvet acid Christ fit son grand retour sur scène en France.
 Retour sur le concert d’un groupe mythique de la scène electro industrielle…

 

 Ce soir-là, aux côtés de Bryan était présente une ravissante américaine du nom de « Shiva » qu’on retrouvera aux claviers et parfois également au chant ainsi qu’un jeune batteur allemand enthousiaste.

En parlant de nationalité, on aura droit à quelques mots sur les sentiments de Bryan vis-à-vis de la situation politique d’Amérique actuelle et sa prise de position contre Trump.
 Il nous dira aussi avec le sourire qu’il préférerait avoir le nôtre de président.
Ce à quoi Le public a rétorqué un « Oh Noooo! » tous en chœur..
On se demande bien pourquoi.. ;) 

Durant ce live il faut savoir que les lumières étaient extrêmement tamisées rendant les photos sans flash quasi impossibles sur mon modeste reflex, cependant j’ai pu sauver quelques clichés ainsi que quelques petites vidéos qui vous donneront un aperçu de l’ambiance.   

C’est avec le titre « Pretty Toy » que Velvet acid Christ débutera son concert.
Un des meilleurs titres de VAC, où Bryan commencera son chant prudemment très préoccupé par le rendu du son sur scène (qui était parfait selon moi).
Le petit plus qu’il aurait été pas mal d’avoir serait un écran.
 Le clip de « Pretty Toy » étant tellement incroyable et dans le genre film d’horreur bien glauque, j’aurai certainement adoré le revoir ici en live.

Après toutes ses années à écouter Velvet acid Christ dans son coin, c’est avec une certaine émotion que j’assiste à ce live, et dans la salle de nombreux fans de Velvet acid christ étaient happés direct dans l’univers du groupe.
Là où dans d’autres lives les gens s’amusent, rient, dansent tous ensemble, VAC à un univers où chacun s’embarque dans son propre monde.
 Une danse solitaire aux sonorités sombres, glauques où l’overdose des gens dans des paradis artificiels se limite à des mimes aux grands gestes lents et silencieux presque mystiques au son de la musique. 
VAC à son public bien particulier de grands passionnés de musique qui ne ressemble à aucun autre avec lequel j’ai tout simplement adoré la compagnie.

On aura ensuite le très énergique « Malfunction » puis un très vieux morceau de VAC qui est un de leurs premiers succès « futile ».
Le magnifique « Fun with drugs » est un régal en live !
 Bryan y déambulait penchant de gauche à droite et inversement incarnant l’état second dont parle ce titre…


 

Pour rappel les paroles de Velvet acid Christ abordent l’amour & la haine, la dépression, la misanthropie, les drogues et la religion.
 Un cocktail unique très noir qu’on a savouré en live sous les lumières tamisées de la scène.
Le très vieux titre « Icon » aussi fut joué.
Allant de classiques en classiques, ce show de Velvet acid christ faisait remonter des tas de souvenirs, un show très nostalgique et une joie pour nous de pouvoir entendre tous ces anciens titres en live !
Cependant le titre « Wrack » sorti cette année sera glissé dans la setlist.
 Il est magnifiquement interprété par Shiva.
 il est sorti du lot lors de ce concert.
Ses guitares à la KMFDM rajoutent une touche d’agressivité allant très bien avec VAC, le public était ravi, moi aussi.

« Caustic Disco », un titre parfait à jouer en live également a été choisi dans sa version remix « Mindless Faith » qui rendait bien aussi même si j’ai toujours un gros coup de coeur pour la première version.
 

« Lysergia » titre attendu également par beaucoup fut aussi interprété par Shiva néanmoins je reste fan de la voix originale, la voix de Shiva se positionnant différemment sur ce titre sonnant plus dark electro.
Suivra dans l’ordre : « Vaporized », le très urbain « Phucking phreak » avec ses passages surprenants empruntés au rap très réussis, « Dial 8 » en version psychédélique, « Evoked » tiré de l’album « Maldire » et enfin « Blood » un chef d’œuvre bien glauque avec ce passage sublime au piano en plein milieu qui vous glace le sang et qui est à couper le souffle, ma favorite. 

Bryan nous informe qu’il compte revenir l’année prochaine à Paris et on croise les doigts pour le revoir très vite après un tel live !!

Toujours plein d’humour, il nous dit de surtout acheter ses t-shirts sinon il n’aura pas assez d’argent pour s’acheter un billet d’avion pour rentrer en Amérique.
Nous, on serait bien contents qu’il reste ici avec nous ! ^^

Le concert se terminera par un dernier chef d’œuvre, le magnifique et très planant «  Ghost in the circuit », sous des vapeurs de fumée, c’est l’apothéose dans la salle, et le cœur serré de voir déjà le concert se terminer.
Les lumières se rallument et le très discret Bryan contre toute attente s’avance vers nous me tendant sa main, suivi par toute une foule de fans se précipitant devant pour lui serrer la main à leur tour. Un magnifique moment complice avec le public.

Voir Velvet acid Christ en concert vous l’aurez compris vaut vraiment le déplacement.
 Les musiciens sont excellents, Shiva à un charisme certain et fait honneur aux musiciennes féminines si peu nombreuses.
 Bryan est plus que perfectionniste et veille à ce que tout soit parfait.
 Le batteur est également très bon, une chouette équipe et une musique devenue culte à voir absolument en live.

 

Note : Cependant concernant l’organisation, je tenais à informer mes lecteurs de certains soucis. 
Je suis en effet très mécontente de l’accueil de Stef Neutralzone, qui organisait cette soirée.
Ce monsieur était en fait lui-même très mal organisé, il ne disposait pas de scanner pour les codes des billets, notant un à un les billets vendus.
 Étant patiente, je l’ai laissé chercher indiquant la tranche horaire de mon achat, mais il souhaitait connaitre l’heure exacte, très désagréable. Je n’ai jamais vu ça…
Je lui dis que je n’ai pas chronométré le temps que ça a pris non plus lors de ma commande en ligne. Il se fâche, je ne me laisse pas faire comme d’habitude vexée qu’on me prenne limite pour une voleuse.
Surtout que j'ai mis son événement depuis sa création en avant sur mon webzine avec une sacré pub derrière sans obtenir d'accréditation pour autant, j'ai payé mon billet comme tout le monde et voilà le remerciement... 
 Il me dit que si ça ne me plait pas je n’ai qu’à aller me faire foutre et de dégager… et d’autres grossièretés.
Je tiens à préciser que le Gibus n’a rien à avoir là-dedans (eux sont très pros et extrêmement polis) et que ça concerne seulement cet homme.
Un autre homme beaucoup plus calme et intelligent est d’ailleurs intervenu, un acte professionnel que visiblement Stef Neutralzone n’a pas encore acquis, mettant ma réaction sur le dos des parisiens qu’il a l’air de mépriser.
 Eh bien si Paris ne plait pas à ce monsieur, il peut toujours revenir dans sa région natale de Lyon. C’est inadmissible de traiter ses clients ainsi, chers lecteurs soyez prudents avec ce monsieur à l’avenir concernant vos billets…