Live Report Hocico- petit Bain - 21/07/2017

Hocico est un duo de dark electro originaire du Mexique qu’on ne présente plus.

Le duo a choisi de se produire à Paris le jour même de la sortie de leur premier Best of « the spell of the spider » accompagné de leur nouveau single « Spider Bites ».

Single à en faire pâlir les arachnophobes, Hocico ce soir-là n’as pas manqué les clins d’œil à leur compagnon de scène en projection.

Mais non rassurez-vous, parole d’arachnophobe, ce n’est pas si dérangeant visuellement à l’écran que ça n’y parait.

Pour l’intro nous avons eu droit à « Déjà-vu Siniestro » accompagné de projections de statues d’anges, de scènes sinistres et d’un texte annonçant ceci :

« the rebirth of the fallen!
Aggression is my name
A Black Heart
Black Angel full of Anger
“. 

Racso le claviériste fit son entrée sur scène sous les applaudissements du public puis vient Erk imitant directement leurs gestes toujours en totale harmonie avec son public. 

« Relentless » retentit, titre du dernier album reprit avec plus de punch encore sur scène.

Hocico à cette magie de créer une ambiance exceptionnelle en live qui se détache de leurs albums tout aussi excellents.

 Rien qu’à la voix de Erk et ses sauts tout le long du concert on ressent ce dynamisme incroyable qui nous fait penser « Voir  Hocico sur scène c’est toujours indispensable pour connaitre vraiment le groupe ». 

Leur show apporte un réel complément à leurs albums et on ne peut que s’éclater à les voir sur scène. 

 « Are you ready Paris ? This is a fucking classic! » lance Erk. 

Dès les premières notes le public s’emballe, c’est « Sex Sick » qui démarre. 

Comme le nom l’indique on se tourne vers une ambiance plus érotique dans les projections et les paroles, jusque dans les lumières plus rougeâtres sur scène. 

« sex give me sex, give me ! come on !” le public se prête au jeu, et entonne joyeusement le refrain, Erk lève son pied de micro d’enthousiasme, encore un pari gagné pour mettre le feu dans la salle. 

Le prochain titre est « No one Gets out Alive ! » issu du dernier single d’Hocico. 

C’est un titre qui reste dans les sons classiques d’Hocico, pas très marquant mais qui apporte autant d’ambiance que les autres et a reçu également un bon accueil du public. 

On revient dans l’album “ofensor” avec le titre « In the name of Violence », titre que j’attendais de les voir jouer personnellement, et ce fut une performance tout aussi parfaite que les autres... 

Mis à part le fait que les lumières blanches clignotantes rendaient de plus en plus difficile la capture de vidéos et de photos et rendant aussi la scène comme un terrain fertile à l’épilepsie… 

Ce qui ne s’arrangea pas pour les titres suivants, c’est le seul point négatif que j’aurais à dire, et ce n’est pas la faute du groupe si on compare leurs autres shows ailleurs où la lumière est plus fixe. 

« I abomination » suivi d’une merveilleuse photo de notre amie mygale à l’écran, nouveau clin d’œil au single, se fit entendre.

Je dois avouer que ce titre qui m’avait surpris à sa découverte sur youtube m’as vraiment plu en live, très festif et dansant (vous allez me dire comme tous les titres d’Hocico) oui mais celui-là apporte un côté futuriste et dubstep léger dans sa musique qui se marie bien avec le son d’Hocico. 

« Heart Attack » toujours d’« ofensor » suit derrière « i abomination », plutôt un bon enchainement avec les « breaks » dans celle-ci. 

 Un peu plus de variété dans les choix d’albums aurait été sympa aussi. 

Justement un gros classique arrive juste derrière avec « Bite Me ! » 

Un classique qui nous fait le plus grand bien d’entendre, Erk qui vient se rapprocher de son public pour demander à une demoiselle comment elle s’appelle suivit d’un « Destroy ! » en retour, tout un personnage attachant ce Erk.

On aura également droit à « Dead Trust » mais aussi le sublime « Poltergeist » indispensable à un concert d’Hocico.
Encore plus indispensable « forgotten tears », un des meilleurs titres du groupe, un régal à entendre en live.
Les meilleurs titres d’Hocico s’enchainent à la fin pour nous offrir un show plein de nostalgie à travers des titres mythiques de leur discographie, « Untold Blasphemies » et son refrain entêtant qu’on ne peut s’empêcher de fredonner.

Au rappel du groupe nous avons eu droit à « Ecos » encore un classique du groupe pour terminer en beauté ce concert. Erk semblait ému dans les bras du public, cette proximité avec les gens nous fait toujours chaud au cœur. 

Dans l’ensemble, l’atmosphère était toujours au top comme à tous les concerts d’Hocico auquel j’ai pu assister, le public dansait du début jusqu’à la fin du concert.  

Nous avons eu droit à des bons vieux classiques mais néanmoins on regrette quelques anciens morceaux comme « Bizarre Words » ou « Spirals of time », « distorted face », ou « Dog eat dog ».

Hocico reste un groupe incontournable à voir en concert et c’est toujours un très grand plaisir d’assister à un de leurs shows, que dire de plus à part ne manquez pas leur prochain live sur Paris !