Lebanon Hanover + Himmel Uber Berlin Paris 2017

Live report du concert de Lebanon Hanover le 9 mars au bus Palladium à Paris. 

Lebanon Hanover est un groupe demeurant en Allemagne de minimal coldwave à qui on doit le célèbre "Gallowdance".
Ce titre s'est rapproché sensiblement des 2 millions de vues sur youtube! 
Le duo composé de Larissa Iceglass et William Mybelline a donné un concert ce 9 Mars (2017) à Paris
Ce concert affichait déjà plus de 600 participants attendus à l’événement.
 Un enthousiasme qui intrigue et donne envie d'aller voir par soi même ce que Lebanon Hanover vaut réellement en live.

Pour l'ouverture de la soirée, on a eu donc le plaisir d'accueillir "Der Himmel uber Berlin" groupe de Post punk italien qui à échauffé la salle en première partie. 
Très différent de Lebanon Hanover de par sa musique que par sa mise en scène, le groupe est composé d'un guitariste, d'un bassiste et d'un batteur.  
Le chanteur aux lunettes de soleil sombres se montre particulièrement énergique et joueur avec son public. 
Des projections en noir et blanc de films à l'allure psychédélique accompagnent chaque morceau du groupe. 
Malgré la bonne ambiance et une très bonne présence du groupe sur scène qui donne la pêche, les morceaux semblent se suivre sans grande variation de style, à moins d'être très fan du genre. 
Malgré cela on notera quand même les influences Gothic rock assez oldschool qui sont vraiment très agréables et donne une touche plus personnelle à leur son. 
 On sourira pour le morceau "My rubber Queen" issu du dernier single, avec ses accents fétichistes et une cravache confiée à une personne volontaire de la fosse chargée de corriger ceux de son choix dans le public. 

Un des meilleurs morceaux d'un point de vue musical du groupe, plus sombre, glam et sexy. 
En somme, un groupe assez chouette pour les fans de post punk sombre et oldschool qui se suffit pour patienter en attendant Lebanon Hanover.

La salle étant déjà remplie pour la première partie, un mouvement de foule se fait sentir dès l'assombrissement de la salle pour le groupe suivant. 
Le public semble surexité dans la partie avant de la salle, Lebanon fait son entrée modestement et de façon très discrète. 
Ils entament leur show avec le titre "Ice cave" avec William en solo sur le chant et maitrisant la basse, Larissa qui assure le synthé et la guitare également. 
Plutôt sympa et aussi un peu comme un challenge d'assurer autant de fonctions à deux seulement.
Cependant, la boite à rythmes derrière et les quelques mélodies jouées au synthé de Larissa semblent passer au dessus du reste. 

Le premier morceau  n'était pas non plus un morceau qu'on aurait pensé à jouer pour l'ouverture du concert, on sent que mettre l'ambiance dans la salle n'est pas la priorité du groupe.
Pourtant le public se montre plutôt enthousiaste.  
Enchaîné avec "a very good life" on conserve le même ton mais avec Larissa en solo au chant et une guitare bien plus marquée. Par contre la basse à un son très faible, et cela est bien dommage, on a l'impression qu'elle est quasiment muette. 
"Fall industrial wall" justement est tout à fait le genre de morceaux très calme et mélancolique qui jette un froid. On entend les gens derrière discuter, c'est très coldwave pour le coup et la basse toujours qui semble quasiment inaudible. 
Pas très fan sur ce coup là mais les fans purs de coldwave apprécient. 
La suivante comblera les attentes de ceux venus pour des morceaux plus minimal, synthwave, toujours avec un son très oldschool 80's, le titre "i have a crack" issu de leur dernier single, un coup de cœur dans leur discographie et une très belle surprise de la voir jouée en live. 
un morceau volontiers dansant ce qui est plutôt rare dans le style du groupe plutôt sombre et mélancolique. 
les titres s’enchaînent tous plus noirs les uns que les autres.. 

Puis vient "Babes of the 80's" le titre phare du dernier single, une perle, même William se met à danser entre deux réglages de synthé. 
D'ailleurs on regrettera les sons la plus part automatisés sur ce titre.
Cela aurait été tellement mieux de voir une performance plus axée sur le synthé plus que sur la danse pour William même si cela à rajouté un peu d'ambiance dans la salle et qu'il n'est pas si mauvais danseur. ;-) à voir ici: Lebanon Hanover - Babes of the 80s live Paris 2017 
"albatross" un titre ressemblant étrangement sur certains riffs de guitare à "Gallowdance", eu un très bon accueil également. 
Lors de "Gallowdance" l'ambiance était si vive et les gens impatients dans le public que des frissons se faisaient sentir, le titre le plus attendu de la soirée et ça s'entend par les hurlements du public quand elle démarre. 
Le public entonne le refrain, danse, se bouscule, et n'étant de base pas fan du morceau, il faut avouer que je suis bien conquise par la version live. 
Peut être que l'atmosphère et le concept du groupe s’imprègnent enfin dans mon esprit, et je comprends ce que les gens ressentent à travers leur musique.
 Une claque, un très beau moment vécu. Et cette moitié chantée en Allemand confère au morceau un charme glacial délicieux. 
"Totaly tot" dernier titre avant le rappel soulève littéralement le public, electro minimaliste froide à la voix mécanique d'outre tombe de William, c'est LE titre à jouer en live et on peut être rassurés et chanceux qu'ils l'ont incluse ce soir là, c'était un merveilleux moment.
Le concert se conclura par "Kunst", la version live avec la basse remplaçant le synthé sur la partie du refrain est bien mieux que la version présente dans l'album de 2012, elle lui confère bien plus de dynamisme. c'est du tout bon.  

En conclusion: on appréciera les variations des styles entre les morceaux calmes et plus énergiques, bien que le groupe soit plutôt réservé et taciturne, ce fut un live très intéressant tout de même d'un point de vue purement musical. 
Avec Lebanon il ne faut pas s'attendre à du show très visuel, cependant le duo offre une performance musicale assez éclectique entre le coldwave et le minimal, la synthwave et l'electro bien oldschool agrémenté d'une guitare bien tranchante pour lier le tout.  
Alors Lebanon groupe réservé aux grands mélancoliques? assurément non, ce live aura vraisemblablement prouvé le contraire ainsi que son public nombreux, très réceptif et enthousiaste.